defi2

Rechercher

Liens

liens

Rejoignez-moi

Calendrier

loader

Prochains évènements

Aucun événement

Courriers d'information

Inscription à mes courriers d'information:

En ligne

Nous avons 37 invités et aucun membre en ligne


actu      echevin0     

Les grandes lignes du programme des FDF+IC (Intérêts communaux)

LE BON SENS, UNE AMBITION QUI NOUS RASSEMBLE  dsc 6247

« Woluwe-Saint-Pierre n’a besoin ni d’une révolution dans sa gestion, ni d’un projet politique grandiose. Des améliorations de bons sens, dans tous les domaines, peuvent apporter beaucoup à la population. »

Ce programme est le fruit d’un travail de l'équipe dynamique des candidats, de réunions et d'échanges avec les milieux actifs à Woluwe-Saint-Pierre. Il a aussi été tenu compte des résultats de l’enquête que nous avons menée en avril dernier et constitue donc, en partie, le reflet de ce que les citoyens ont exprimé.

img 1622

 

 

Un programme responsable

Le budget communal doit rester en équilibre, sans augmentation de la pression fiscale, ni augmentation du poids de l’endettement. Seule l’assiette fiscale (le nombre de contribuables) peut augmenter.

  • Tous les résidents doivent contribuer équitablement aux recettes communales. Il est également normal de sanctionner financièrement les mauvais comportements.
  • Les dépenses et les investissements, doivent être gérés en bon père de famille et évalués publiquement. Ils doivent, dans tous les cas, créer de la valeur pour la communauté et, si possible, s’autofinancer.
  • La commune doit absolument éviter de se mettre en situation de dépendance. Les récents accords institutionnels, dénoncés par les FDF, montrent la fragilité des principes et des convictions politiques (« vente » des droits des Francophones contre un refinancement fragile pour la Région bruxelloise).

Un programme social ET liberal

La commune doit agir au bénéfice de tous les habitants, avec une attention toute particulière pour celles et ceux qui traversent des moments difficiles. Quand le secteur privé peut efficacement compléter cette action, il est normal de l’y associer.

  • Notre priorité politique est l’épanouissement de la personne, dans le respect mutuel. L’enfance est une de nos préoccupations : nous voulons augmenter la capacité de nos crèches et de nos écoles communales. Les personnes à mobilité réduite en sont une autre : nous voulons renforcer les services à domicile.
  • Parfois, le partenariat avec le « privé » - entreprises, mais aussi particuliers ou associations - démultiplie les moyens disponibles sur le terrain. C’est notamment le cas pour l’Agence immobilière sociale (AIS). De tels partenariats doivent être développés (en évitant tout profit illégitime).
  • Dans d’autres situations, la commune peut soutenir et compléter l’action du privé, plutôt que la concurrencer. L’enseignement communal, par exemple, se distingue des autres réseaux par son rôle moteur dans l’innovation pédagogique et les parcours scolaires différenciés.
  • Dans tous les cas, la commune est jugée sur la qualité de son service au public. Son personnel doit être suffisant, mais aussi correctement formé, géré, équipé, motivé et dévoué pour accomplir ses missions.

Un programme de démocratie active

La volonté des citoyens doit être entendue et respectée. La commune doit les informer et rendre compte en toute transparence.

  • Les services communaux doivent aller au devant du citoyen, sur le terrain. Ils doivent être largement accessibles pour tous (accès pour les moins valides, langues, horaires…).
  • La commune doit utiliser tous les canaux de communication modernes pour informer rapidement et complètement la population, sans jamais chercher à exclure des points de vue divergents.
  • Toutes les formes d’expression (groupes politiques, comités et associations, médias…) méritent respect et attention, sauf celles qui combattent la démocratie ou prônent l’exclusion.
  • Toute forme d’exclusion ou de discrimination doit être fermement combattue. Les droits des individus ne peuvent être ignorés ou bafoués par la force publique (comme cela se passe pour les Francophones de la périphérie).

Un programme citoyen

Enseignement, culture et vie associative sont le terreau de la convivialité. Ils soulignent des valeurs communes et créent des liens précieux entre les habitants.

  • La commune doit continuer à développer son projet d’enseignement pour la réussite – des pédagogies innovantes et des parcours différenciés pour tirermeilleur de chacun et donner le maximum de chance à tous.
  • L’accueil extra-scolaire, le maintien d’une bonne qualité de vie sociale pour les seniors ne sont pas un luxe, mais une nécessité.
  • La vie culturelle de la commune est riche. En ouvrant plus largement les portes des académies d’art et de musique, en utilisant mieux les espaces publics, on peut efficacement et simplement faire connaître cette vie culturelle à tous.
  • En mettant à la disposition des associations (sportives, culturelles, de loisirs ou de proximité) ses ressources ou son réseau de contacts, la commune peut leur apporter un soutien crucial et fort peu coûteux.

Un programme de qualité

Environnement, sécurité, mobilité, commerce, logement : tous ces éléments créent un cercle vertueux de qualité de vie pour tous.

  • Le cadre de vie est un des attraits majeurs de notre commune : il faut continuer à le protéger et à l’améliorer. Mais la commune peut aller plus loin, par exemple dans la gestion des déchets ou l’amélioration énergétique de ses bâtiments.
  • Même sans réel problème de sécurité, l’attention doit rester soutenue sur la prévention, la sécurité autour des endroits sensibles (comme les écoles) et la répression des délits et des incivilités.
  • En matière d’urbanisme ou de mobilité, la commune doit rester « au-dessus de la mêlée », mais peut faire preuve d’initiatives et de créativité. On pense à la gestion du stationnement ou à l’offre de transports (Stib, Villo/Cambio…).
  • La commune doit pouvoir peser sur la diversité et l’évolution des principaux quartiers commerciaux, par exemple en initiant un programme de développement régional pour la place Dumon et ses environs.
  • Woluwe-Saint-Pierre n’est pas un ghetto pour personnes aisées. La diversité de la population est garante d’une convivialité typiquement bruxelloise. La commune doit pouvoir intervenir pour préserver une offre de logements pour toutes les classes sociales et pour soutenir le maintien à domicile des seniors.