defi2

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Notre commune inscrite dans un programme de coopération (2017-2021) avec le Nord Kivu (Goma, Butembo et Beni) et avec Ouagadougou (Sig Noghin) met en pratique l’article 6 de la déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies

Concrétisation de ma politique : les actions

Outre les actions en matière d’éducation et de santé menées au Rwanda (Ruyumba-Musambira), la coopération porte sur la réhabilitation des services de l’Etat civil et de la Population au Nord Kivu et uniquement de l’Etat civil à Ouagadougou. Ainsi, via ce service de base des pouvoirs publics, chaque personne possède une existence administrative lui procurant ainsi les droits fondamentaux : les droits à la vie, à la liberté, à la protection et à l’éducation. De plus, le mariage civil donne des droits et des obligations. Le risque d’abandon, en particulier de la femme avec des enfants, est minimisé. Sans ce mariage, la femme et ses enfants ainsi abandonnés tombent dans une grande précarité.

Réflexions politiques

-                la coopération efficace passe par la collaboration et le «faire faire» et non par le «faire à la place». Ainsi, nous œuvrons à distance et par des rencontres. Toutes les actions concrètes sont menées en concertation et gérées par des locaux.

-                les bailleurs de fonds ont une approche du développement basée sur les macro-projets aux dépens des micro-projets. C’est une faute. L’efficacité de l’euro investi dans des micro-projets est socialement beaucoup plus rentable que celui investi dans des macro-projets qui s’inscrivent dans un développement d’ensemble.

-                s’il y a un noble souci des bailleurs de fonds de rechercher la professionnalisation, l’efficacité et l’efficience, la surcharge administrative qu’ils demandent provoque une bureaucratisation. En pratique, la consommation d’un euro pour le terrain suscite une dépense d’un euro pour l’administration. Cette surcharge administrative n’est donc ni du professionnalisme, ni de l’efficacité, ni de l’efficience !

La commune s’inscrit dans la logique du «faire faire», des micro-projets et du professionnalisme.

 

sig nognin 2sig noghin octobre 2017

Photos prises à Sig Noghin - Ouagadougou

Education permanente : cycle de conférences 2017-2018

Education permanente : cycle de conférences 2017-2018

Les sujets concerneront des aspects de notre vie quotidienne. Les conférenciers auront une approche de chercheurs se basant sur leurs expériences professionnelles. Leurs interventions se voudront accessibles à tous, sources de nouveaux questionnements et de débats.

Vu les travaux projetés au centre culturel, la présentation de la saison du cycle de conférences 2017-2018 se fera en deux temps : la fin de l’année 2017 et plus tard celles du 1er semestre 2018.

Ces conférences sont gratuites. Elles se dérouleront des mercredis à 20h au W:Halll, Centre culturel de Woluwe-Saint-Pierre, 93 avenue Charles Thielemans. Attention ce programme est susceptible d’être modifié. N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez recevoir toutes les informations par courriel.

Nouvelles Technologies

Le 4 octobre 2017 : « Partage d'images entre amis », par UPADTE, centre de formation tout public en informatique ASBL

Dates à définir en 2018 : « Wikipédia comme source d'information fiable. Analyse et critique » par Guy Delsaut et « Qu'est-ce qu'un cloud et comment utiliser un cloud » par l’asbl UPDATE

Communication

Le 16 novembre 2017 : « L’e-mail au service d’une communication efficace » par Alex Adam, consultant, formateur

Philosophie par Brigitte Vanatoru, Docteur en philosophie (à la bibliothèque)

Le 18 octobre 2017: « Les lumières, la tolérance »

Le 29 novembre 2017 : « L’éthique et le bonheur chez les anciens »

Dates à définir en 2018 : « Science et religion, croyance » et « Les mythes sont-ils universels ? »

Psychologie, sociologie et questions de société

Le 22 novembre 2017 : « La pleine conscience » par jean Marie Duval, expert en prévention du risque psycho-social

Le 13 décembre 2017 : « La fragilité de la cellule familiale : causes et conséquences » par Jacques Marquet, professeur de sociologie

Le 20 décembre 2017 : « De la passion à la passion du jeu » par Serge Minet, thérapeute clinicien

Dates à définir en 2018 pour le cycle axé sur les traumatismes : « Grands et petits traumatismes, que sont-ils ? Comment et pourquoi impactent-ils ? En est-on conscient ? », « L’influence de nos pensées et de notre environnement sur notre vie et notre santé physique et mentale : les traumatismes sont-ils voués à passer de génération à génération ?» et « Le processus de l’abandon. De l’importance de l’attachement, ses raisons, le comprendre, le repérer et y répondre dans la vie quotidienne » par par Yves Wauthier-Freymann, psychothérapeute spécialisé dans les traumas complexes

Date à définir en 2018 : « Côtoyer et entourer une personne souffrant d’Alzheimer » par le docteur Christian Swine, spécialiste en gériatrie et « Zéro déchet. Est-ce possible pour une famille. » par Jérémy Pichon

Les portes ouvertes de l’académie des arts.

 Porteouverteacademie2017 - 2Les traditionnelles portes ouvertes de fin d’année ont permis  de montrer aux nombreux visiteurs les résultats des travaux des  élèves réalisés au cours de l’année scolaire. Outre l’intérêt des travaux présentés et le plaisir de la découverte d’imaginations, cette année fut marquée  par la première présence  des travaux de bijouterie. L’atelier de bijouterie a commencé en septembre 2016. Le succès est manifeste et la deuxième année prometteuse. Rappelons que les inscriptions pour cette année 2017-2018 ont lieu durant ce mois de septembre. https://academiedesartswsp.wordpress.com/                                                                              

Photo ci-dessus : Les enseignantes de l’atelier textile avec l’échevin et la directrice de l’académie  

Sport et culture, marions le développement de soi et la venue de l’art là où elle n’est pas attendue.

Petite nageuseUne fin d’année scolaire est toujours un moment de préparation de projets futurs. Dans cette perspective, une collaboration entre l’académie des arts et le centre sportif a été discutée lors des portes ouvertes.

Rappelons que déjà avec la politique d’acquisition d’œuvres d’art menée par ma collègue Caroline Persoons, la statue « La petite nageuse » de l’artiste Luc Peiffer, élève de notre académie, a été acquise et placée dans le solarium du centre sportif en regard de la piscine.

Visitant les ateliers lors des portes ouvertes de l’académie des arts, avec la directrice, Madame Buffenoir, et l’administrateur délégué du centre sportif, Monsieur Michel Naets, nous avons décidé de proposer aux élèves et aux professeurs de pouvoir utiliser des espaces au centre sportif pour présenter des travaux de nos artistes . La volonté communément partagée est d’ainsi offrir des possibilités d’exposition dans des lieux inattendus en vue de « mettre l’art, le beau dans la vie courante ».

C’est donc un défi multiple : utiliser des lieux à destination sportive, concevoir une exposition, valoriser l’art et répondre aux questions logistiques comme par exemple la sécurité.

Les lieux sont vastes et variés. Michel Naets comme administrateur délégué de ces lieux est ouvert à étudier tous les projets. Les potentiels de l’académie sont nombreux. Les ingrédients sont donc présents pour sortir l'imagination des placards et la mettre au pouvoir.placards et la mettre au pouvoir.  

Porteouverteacademie2017-2

Photo : Visite des portes ouvertes de l’académie avec la directrice de l’académie Marie-Claude Bufenoire et l’administrateur délégué du Centre sportif Michel Naets

Photo : La petite nageuse

Allez les gosses 2017, une belle fête du sport.

L’événement important pour nos enfants ! La participation en fin d’année scolaire  à une des compétitions sportives de « Aller les gosses » permet à chaque enfant d’être un athlète, un sportif comme s’il était aux jeux Olympique.  Comme l’année dernière, c’est la participation et le dépassement de soi qui furent mis à l’honneur. Cette année, l’événement a accueilli avec plaisir un représentant de l’association des parents de l’école du Chant d’Oiseau, Monsieur Laurent Seghers.

Allez lesgosses2017

Photo ci-dessus : Jeunes lauréats avec Michel Naets du centre sportif, Laurent Seghers de l’AP du Chant d’Oiseau et l’échevin de l’enseignement

 

La distribution de fin d’année 2017 : une allure d’exception

Fin juin, la traditionnelle mise à l’honneur des enfants de nos écoles communales ayant obtenu leur CEB s’est déroulé dans l’auditorium du centre culturel. La « maîtresse » de cérémonie fut la directrice de l’école du Chant d’Oiseau, Madame Gisèle Monteville. Ce fut une belle occasion pour l’échevin de l’enseignement de déjà la remercier pour avoir mené toute sa carrière d’institutrice et de directrice dans nos écoles communales, surtout au Chant d’Oiseau. Madame Monteville prendra sa pension fin de l’année 2017. Les directions des autres écoles l’ont fleuri montrant ainsi à la très nombreuse assemblée d’enfants et de parents l’équipe qu’ils forment et l’importance de la reconnaissance et du remerciement. Belle démonstration éducationnelle.

SDP distrib prix 2017

Photo : Madame Monteville fleuri par et avec les autres directions des écoles fondamentales à côté de l’échevin de l’enseignement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre à mes futurs petits-enfants.

Bonne gouvernance

Mes futurs chéris,

Nous voilà début juin, à 1 mois des vacances scolaires. Les mines commencent à se réjouir. Les journées s’allongent. Que la lumière et le soleil font du bien… Sur terre, malheureusement, le climat n’est pas bon. Les attentats font place à de nouveaux attentats, et les larmes des uns remplacent celles des autres. En cet été 2017, la Belgique, elle, est secouée par des scandales et des dysfonctionnements, assassins pour le monde politique…

Chaque jour ou presque, une nouvelle affaire éclate. L’on apprend ici que certains mandataires politiques se sont octroyés des avantages honteux et là que d’autres perçoivent des jetons de présence pour leur absence au conseil d’administration où ils siègent. Vous trouvez cela honteux ? Vous n’êtes pas les seuls, mes chers petits !

Dans la commune où je vis, et où vous vivrez, les élus communaux viennent de créer un cadastre des rémunérations des représentants communaux. Cela signifie que, désormais, la population connaîtra le salaire de ses représentants publics, et ce, quelles que soient les structures où ils siègent. Les Wolusanpétrusiens auront ainsi un contrôle sur le bon respect des règles en vigueur et sur l’absence d’indemnités ou avantages démesurés, et un regard sur le bon usage des deniers publics…

Je puis également vous assurer qu’il n’y a aucune fausse rémunération dans les asbl communales à Woluwe-Saint-Pierre. Toute rémunération est liée à un travail. Ainsi, notre échevine de la Culture, Caroline Persoons (DéFI), a proposé aux CA des asbl culturelles, le Whalll et le Centre culturel et de Congrès, de ne plus rémunérer les administrateurs-délégués, l’engagement d’un directeur ayant fortement allégé le travail de ces derniers.

Cette exigence de transparence, nous l’avons également appliquée chez DéFI. Depuis cette année, tous les mandataires exerçant un mandat rémunéré doivent déposer, pour le 31 mars de chaque année, une déclaration sur l’honneur reprenant toutes les rémunérations et avantages de toute nature liés à l’exercice d’un mandat durant l’année précédente. Nos 250 mandataires se sont pliés à l’exercice, sans rechigner… Comment pourrait-il en être autrement ? Nous n’avons rien à cacher… Les partis politiques ont l’autorité morale sur les leurs. Ne sont-ils pas les garants d’une vie publique digne et sans tache ?

Lorsque vous lirez ces quelques phrases, mes futurs chéris, j'espère que ces graines que nous avons plantées, auront donné naissance à un «vivre ensemble» majestueux, qui respecte tout le monde en tenant compte des particularités de chacun, et qui permet à tous de vivre dignement…

Les élus DéFI de Woluwe-Saint-Pierre